Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Centre virtuel de ressources

Centre virtuel de ressources

Observatoire des Risques Psycho Sociaux au sein de la Fonction Publique Territoriale Centre virtuel de ressources

Gérard Valléry, Sylvain Leduc, Les risques psychosociaux

Les risques psychosociaux

Les risques psychosociaux

 

PDF

1Le vocable « risques psychosociaux » s’est largement répandu ces dernières années dans l’espace public notamment en raison des événements dramatiques dans les secteurs automobiles et des télécommunications. La parution d’un ouvrage sur ce thème dans la collection encyclopédique des Presses Universitaires de France n’était, dès lors, plus qu’une question de temps. G. Valléry & S. Leduc se sont livrés à cet exercice délicat d’exposer un thème en 128 pages.

2Les auteurs empruntent une voie relativement « standard » pour aborder le sujet en allant de l’émergence des RPS à leur prévention, en passant par l’évaluation de ces risques. Ce qui laisse l’impression que cet ouvrage réalise l’état des lieux de la thématique au sein des entreprises, et non au sein de la recherche scientifique.

3L’émergence de la question de la santé psychique dans le monde de l’entreprise est exposée ici principalement (bien que les modifications des conditions de travail soit rapidement présentées) sous l’angle des rapports et du cadre juridique mettant en avant cette problématique. Ce choix se justifie par la notion elle-même caractérisée par un flou sur le plan scientifique, tant sur le plan de la définition que sur ses aspects opérationnels. Les auteurs sont alors contraints d’aller chercher le terme là où il se trouve dans les médias et les rapports des ministères.

  • 1  Hirigoyen, M-F (1998), Le Harcèlement moral : La violence perverse au quotidien, Paris, Syros.

4Le deuxième chapitre, bien qu’intitulé « Définitions et concepts », n’apporte pas une définition plus claire des risques psychosociaux. Les auteurs présentent donc les sous-catégories habituellement incluses dans ce terme RPS : stress, mal-être, burn-out, violence et conciliation des sphères privée et professionnelle. Toutefois, il est dommageable de ne pas avoir consenti une place plus importante à la notion de harcèlement moral. En effet, celle-ci a indéniablement contribué1 à l’émergence de la prise en compte de la dimension psychologique dans le monde du travail.

5Cette dispersion notionnelle se répercute immanquablement sur la présentation des modèles théoriques. En l’absence de modèle intégratif des RPS, les modèles (biologiques, psychosociaux et causalistes) présentés portent sur le stress. Les modèles centrés sur l’activité (la psychodynamique du travail et la clinique de l’activité) sont également mentionnés. Les auteurs précisant la complémentarité entre les approches. Néanmoins, il est évident que les indicateurs et les outils d’évaluation exposés dans le chapitre suivant appartiennent au premier ensemble.

6Les auteurs ouvrent ce chapitre en distinguant la démarche d’évaluation des risques professionnels classiques (électriques, chimiques…) de l’évaluation des risques psychosociaux. Cette dernière diffère pour au moins trois raisons. La première touche à l’objet lui-même complexe et résultant de l’entrelacs de l’individu, du travail et de la société. La deuxième porte sur la notion de causalité et la nécessité dans l’évaluation des RPS de dégager les facteurs et les éléments à l’origine des troubles. Enfin, la troisième relève de la méthode, celle-ci devant se fonder également sur le discours du travailleur. Ces trois nuances indiquent que les risques psychosociaux constituent l’entrée des sciences humaines au sein de l’entreprise.

  • 2  Direction Générale du Travail, (2011). Analyse des accords signés dans les entreprises de plus de (...)

7Toutefois, cette introduction reste difficile. La preuve en est la large place faite par les auteurs aux méthodes quantitatives d’évaluation plutôt qu’aux méthodes qualitatives (liées aux modèles centrés sur l’activité). Il est vrai, d’ailleurs, que ce sont les premières citées qui se retrouvent largement majoritaire au sein des entreprises2. Le panorama des outils d’évaluation présenté, sans être exhaustif, est complet.

8Le dernier chapitre présente les différentes étapes d’une démarche de prévention : Préparer, s’accorder, repérer et élaborer. Il s’appuie largement sur les travaux consensuels réalisés par l’Institut National de Recherche et Sécurité et de l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail.

9La conclusion aborde très rapidement deux points particulièrement intéressants des risques psychosociaux : la modification de la perception de la santé au travail et le « renouvellement » du dialogue social. Ces deux questions auraient mérité un plus ample développement pour, d’une part, remettre la problématique en relation avec les politiques de santé au travail et, d’autre part, la replacer dans le jeu des acteurs sociaux.

10Cet ouvrage remplit son objectif, à savoir, permettre une première approche synthétique et relativement complète à un lectorat non « initié ». En revanche, les lecteurs avertis ne trouveront que très peu (voire pas) d’éléments nouveaux. Certains d’entre eux pourront même regretter le manque de mise en critique du modèle dominant l’appréhension des risques psychosociaux.

Haut de page

Notes

1  Hirigoyen, M-F (1998), Le Harcèlement moral : La violence perverse au quotidien, Paris, Syros.

2  Direction Générale du Travail, (2011). Analyse des accords signés dans les entreprises de plus de 1000 salariés, http://www.travailler-mieux.gouv.fr/IMG/pdf/rapport-complet-19avril2011_def.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémie Rollot, « Gérard Valléry, Sylvain Leduc, Les risques psychosociaux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 10 juillet 2012, consulté le 05 novembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/8869

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article