Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Centre virtuel de ressources

Centre virtuel de ressources

Observatoire des Risques Psycho Sociaux au sein de la Fonction Publique Territoriale Centre virtuel de ressources

Mairie de Charleville-Mézières : des agents en souffrance ?

Selon la CGT, le malaise régnerait au sein du service propreté et de la police municipale. Un point de vue que ne partage pas Sud, le syndicat majoritaire.

La CGT des communaux de Charleville s’est épanchée dans le journal L’Ardennais daté du 24 février 2014. Ses représentants, témoignages à l’appui, y dénoncent un climat dégradé qui toucherait plus particulièrement deux services : la propreté urbaine et la police municipale.

Le syndicat évoque du harcèlement au travail, une ambiance malsaine et un manque d’écoute, consécutifs de dépressions chez certains agents, et met en cause les méthodes de management dans ces deux services.

« Il n’y a ni plus ni moins de problèmes qu’ailleurs, estime pour sa part Jean-Marc Adams, le secrétaire départemental de Sud SDU-08. S’il y a souffrance au travail, elle est plutôt provoquée par l’acharnement de la CGT à l’encontre de la nouvelle responsable de la propreté urbaine qui a voulu remettre de l’ordre dans son service. »

La CGT en cause ? - Selon Jean-Marc Adams, la CGT n’aurait pas digéré le fait que la mairie ait nommé deux adhérents de Sud SDU-08 à la tête du service propreté et de la police municipale en remplacement de ses propres cadres, l’un étant parti à la retraite et l’autre ayant intégré le syndicat comme permanent.

« En fait, cette affaire est à replacer dans un contexte de guéguerre syndicale et d’élections professionnelles à venir en décembre 2014, puisque la CGT n’est plus majoritaire depuis 2001 », explique le secrétaire départemental du SDU-08.

Le contentieux entre les deux syndicats a même pris une tournure judiciaire lorsque la CGT a assigné en référé le SDU-08 pour dénigrement et diffamation suite à un article diffusé sur son blog. La première nommée a été déboutée et condamnée à verser 1 000 euros à la seconde par un jugement du tribunal de grande instance de Charleville-Mézières rendu le 28 janvier 2014.

 La mairie de Charleville-Mézières n’a pas donné suite à nos demandes d’interview.

http://www.lagazettedescommunes.com/225853/mairie-de-charleville-mezieres-des-agents-en-souffrance/

Publié le 19/03/2014 • Par Frédéric Marais 

 

 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article