Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Centre virtuel de ressources

Centre virtuel de ressources

Observatoire des Risques Psycho Sociaux au sein de la Fonction Publique Territoriale Centre virtuel de ressources

Prévenir l’usure professionnelle des travailleurs sociaux

pso

 

Parmi les groupes de personnels territoriaux soumis à des RPS de manière continue figurent les travailleurs sociaux, notamment ceux des CCAS.

 

L'étude du Comité régional du travail social de Bretagne », Prévenir l’usure professionnelle des travailleurs sociaux » analyse leur situation spécifique et présente des actions de prévention.

 

Extraits

 

La définition de l’usure professionnelle exige un parti pris préalable et implicite sur l'origine et l'interprétation d’un malaise, sur ses causes en même temps que sur ses caractéristiques. Le CRTS a donc choisi d'aborder, de manière générale, les formes de malaises vécus par les travailleurs sociaux et la manière dont ils engendrent une usure ou un sentiment d’usure.

 

Un travail de consolidation de cette définition large exigerait :
- de mener des recherches en lien avec différents terrains professionnels,
- d'affiner ces définitions par secteur, par métier ou grappe de métiers, voire par structure,
- d'en tirer des hypothèses explicatives et des pistes d'action ajustées aux différents secteurs et structures.


Il ne semble donc pas pertinent que le CRTS propose une définition a priori de l’usure professionnelle, en situant cette notion par rapport à celles de stress, de stress chronique, de fatigue, d’épuisement professionnel, de burn-out, de risques psycho-sociaux (RPS) ou encore de "charge mentale" n'est pas une démarche que le CRTS est en mesure de mener de manière pertinente. En effet, les productions du CRTS sont adossées aux expertises de professionnels venus de secteurs divers. La recherche d'une intelligence partagée et d'une mise en cohérence transversale des actions envisageables pour prévenir la souffrance dans le travail social ne permet pas d'affiner davantage la définition retenue ci-dessus.

 

En outre, ces concepts rattachés à la souffrance au travail doivent être mis en débat dans leur diversité, au sein des organisations et des secteurs. Cette construction continue du sens donné à la notion de souffrance au travail est inhérente à la mise en oeuvre de démarches de prévention et à leur pertinence. Ce travail de définition constitue en effet une étape incontournable de l'appropriation des enjeux de la souffrance au travail par les parties prenantes. Il permet d'élaborer hypothèses explicatives et stratégies de prévention des différentes formes prises par la souffrance au travail, et de la diversité de ses causes.

Compte tenu de cette spécificité du thème et de la nature du processus de production, le CRTS a donc choisi de ne pas délimiter de manière étroite ces notions. Ses analyses prennent ainsi en compte indistinctement l’usure comme stress chronique, renvoyant à l’organisation du travail, ou l'usure comme expression d’un malaise professionnel renvoyant aux reconfigurations des missions, des politiques publiques, des métiers, des profils d’usagers.


Ci-après, la mise en regard des définitions de quelques concepts communément associés à la souffrance au travail (usure, burn-out, épuisement, stress, harcèlement moral, risques psycho-sociaux, usure et fatigue professionnelle) éclaire les enjeux de la délimitation de cet objet de travail.


L’usure, l'épuisement et le burn-out

Les définitions de l’usure professionnelle des travailleurs sociaux (manifestations, causes, prévention) ont souvent été centrées sur l’individu, ses symptômes, parmi lesquels la fragilisation de sa posture professionnelle vis-à-vis de l’usager. Cette lecture a pu se faire au détriment d’un examen des relations entre l’individu et son écosystème (l’équipe, la structure, la société, etc.).

 

pdf

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article