Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Centre virtuel de ressources

Centre virtuel de ressources

Observatoire des Risques Psycho Sociaux au sein de la Fonction Publique Territoriale Centre virtuel de ressources

Ville de Clichy, un syndicat communique sur le burn out

Le syndicat CFDT des agents et salariés de la VILLE, de la CAISSE DES ECOLES et de l'OPH de CLICHY a publié ceci sur son site: http://www.cfdt-clichy.org/comit%C3%A9-hygiene-et-s%C3%A9curit%C3%A9/sp%C3%A9cial-rps/

 

Il s'agit d'un dossier spécial RPS.

 

Comment éviter le burn-out ?

 

Alors que les travailleurs souffrent de plus en plus de stress, les cas d'épuisement professionnel sont devenus monnaie courante dans les entreprises. Comment éviter la surchauffe ? Pierre-Éric Sutter, auteur du livre "Réinventer le sens de son travail", présente quelques éléments de réponse.

 

Le syndrome d'épuisement professionnel, ou burn-out, c'est comme se consumer de l'intérieur. « Le terme anglais permet de mieux comprendre le mécanisme qui se produit. C'est une carbonisation, comme si la personne ne disposait plus de ressources physiques », définit Pierre-Éric Sutter, psychologue du travail fondateur de mars-lab. L'épuisement professionnel touche bien souvent les personnes auxquelles nous n'aurions pas pensé, celles qui ont une valeur travail très forte et une estime de soi élevée. « Ce sont rarement des fainéants. Ils bossent bien. Du coup, on a tendance à leur confier plein de dossiers », décrit-il. Il suffit alors d'une surcharge de travail sur la longueur et ils craquent complètement. « Ils auront beau essayé de réaliser ce surcroît de travail, ils ne l'atteindront pas. Et plus ils se fatigueront, moins ils y arriveront. Ils baisseront donc en estime et s'effondreront complètement », explique le spécialiste.

Pour rentrer dans ce processus d'épuisement, deux dynamiques s'accompagnent l'une l'autre. «Il faut aller du travailleur à l'entreprise et inversement », indique Pierre-Éric Sutter. Pour mieux comprendre, le travailleur va réagir de manière plus ou moins forte à certains stresseurs : un travail administratif plus important, des clients qui se multiplient, un collègue impertinent... Afin d'éviter le burn-out, il est primordial que le salarié fasse un travail sur lui-même mais que l'entreprise également soit capable de mieux déceler certains signes.

Hiérarchiser ses tâches
Il est primordial de qualifier l'importance des tâches à effectuer et de se fixer une charge raisonnable de travail par jour. Déterminer une liste de priorités peut être une bonne idée. « Il est important de bien répartir le travail et de ne pas en ramener à la maison », avance Pierre-Éric Sutter. Ceux qui sont submergés par les emails devraient s'octroyer des plages pour s'en occuper. Un quart d'heure par-ci, par-là afin de ne pas avoir le nez dessus tout au long de la journée. Et si un message nécessite qu'on s'y attarde davantage, mettez-le de côté pour plus tard, à un moment au cours duquel vous serez totalement concentré. « Ne pas regarder ses emails pendant une heure peut permettre aussi de traiter un dossier de fond », suggère le spécialiste.

Savoir s'analyser
« Il est important de se connaître », reconnaît Pierre-Éric Sutter. Parce que cela nous permet de revenir à l'essentiel, aux activités qui nous procurent du plaisir. L'idée est ainsi de valoriser les tâches qui nous intéressent et de minimiser celles qui nous procurent de l'insatisfaction. Bien se connaître, c'est aussi savoir dire stop quand un environnement de travail ne nous convient plus. C'est souvent l'une des meilleures façons d'éviter un burn-out.

Faire une coupure
On le sait maintenant, les travailleurs souffrant d'épuisement professionnel sont très souvent des bourreaux de travail. Pour l'éviter, il faut savoir lâcher prise. « Cela nécessite au minimum une coupure hebdomadaire. Ce qui veut dire ramener le moins de boulot possible le week-end pour pouvoir profiter de sa famille. Avec les amis et les loisirs, ce sont les meilleurs médicaments contre le burn-out », rappelle le psychologue. Et n'oubliez pas d'éteindre votre smartphone ! C'est de loin la meilleure solution pour profiter d'une véritable coupure.

Parler entre collègues
Cela vous permettra de relativiser. Rappelez-vous que nous réagissons tous différemment aux stresseurs qui nous entourent. L'un de vos collègues n'aura probablement même pas remarqué que le nouveau manager est un peu tête en l'air alors que cela vous rend extrêmement nerveux. Comparer ces deux ressentis vous aidera peut-être à prendre cette situation avec plus de légèreté.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article